Accueil Équilibre hormonal La majorité des femmes ménopausées manquent de vitamine D

1-800-486-0535

Vos commentaires nous tiennent à coeur


«Je vous remercie infiniment de votre attention et Bravo!!! Bravo!!! Bravo!!! pour le site Santé des femmes. Il est tellement bien fait et complet.»

Céline P., St-Hyacinthe


La majorité des femmes ménopausées manquent de vitamine D PDF Imprimer Envoyer
Équilibre hormonal

Dans l’édition de janvier 2012 de la revue Maturitas, la Société Européenne de la Ménopause et de l’Andropause (EMAS) a publié un communiqué qui révèle que la plupart des femmes post-ménopausées ont une déficience en vitamine D et suggère l’utilisation de suppléments de vitamine D2 ou D3 et d’un suivi par un médecin si requis. Le texte a été signé par 11 experts internationaux et détermine un niveau de vitamine D qui se situe entre 75 et 325 nmol/L. «Nous croyons que plusieurs maladies peuvent être aggravées par une déficience chronique en vitamine D,» a déclaré le chargé du projet, Faustino R. Pérez-López de l’Université de Zaragoza. «Nous avons analysé les affections et les maladies qui sont associées avec une déficience en vitamine D et nous avons recommandé l’utilisation de suppléments chez les femmes ménopausées.»

On estime que 50 à 70% des Européens ont une déficience en vitamine D. «Les professionnels de la santé devraient être conscients que c’est un problème fréquent qui affecte une grande partie de la population en Europe, même ceux qui vivent dans les endroits les plus ensoleillés,» a noté le Dr Pérez-López. «L’OMS ou les autres organismes concernés qui appartiennent à l’Union Européenne devraient établir un minimum d’exigences ou de recommandations pour un enrichissement des aliments avec de la vitamine D.»

Bien que la communauté médicale n’a pas encore atteint un consensus concernant la supplémentation en vitamine D, le Dr Pérez-López mentionne que «les suppléments sont efficaces, mais leur efficacité n’a pas encore été acceptée». Il recommande que les «patients qui ont des facteurs de risques associés à l’hypovitaminose (obésité, peau pigmentée, syndrome de malabsorption intestinale et qui habitent dans des régions proches du pôle nord et du pôle sud) devraient augmenter leur consommation à 4000 unités par jour.»

«Nous ne savons pas ce qui adviendra dans le futur mais nous avons fait nos recommandations à partir de l’étude du EMAS,» a-t-il conclu. «C’est la première déclaration sur le sujet en Europe et qui concerne les femmes ménopausées.»

La vitamine D et le cancer
En 2011, on estime que près de 1,6 millions de personnes ont reçu un diagnostic de cancer, et plus de 570 000 en mourront.

Avec une telle épidémie, pratiquement chaque stratégie préventive et disponible mérite l’attention.

De plus, lorsqu’une stratégie simple et pratiquement gratuite est découverte et qu’elle montre des résultats prometteurs dans la réduction non pas d’un seul, mais d’une douzaine de types de cancers, elle mérite d’être criée sur les toits.

Le soleil protège du cancer en stimulant la production de vitamine D
Une nouvelle recherche vient juste de confirmer que si vous voulez réduire de beaucoup votre risque d’avoir le cancer, il est essentiel que vous passiez un minimum de temps sous le soleil ou que vous preniez au moins un supplément adéquat de vitamine D.

Plus spécialement, les chercheurs ont trouvé de façon systématique que plus les rayons UVB sont élevés, plus le risque d’être affecté par un des 15 types de cancers suivants est bas:

Vessie Sein Col de l’utérus Colon Endomètre
Oesophage Estomac Poumon Ovaire Pancréas
Rectum Rein Vulve Lymphome de Hodgkin's Lymphome Non-Hodgkinien

Une analyse basée sur trois études américaines, une de l’Australie, de la Chine, de la France, du Japon, de l’Espagne, et sur huit autres études impliquant plusieurs pays (plus de cent pays différents au total) au sujet de la fréquence du cancer qui a collectivement a tiré la conclusion suivante:

«L’hypothèse qu’un lien existe entre les UVB, la vitamine D et le cancer est très évidente et ce, pour plusieurs types de cancers.»

Plus loin, ils notent que le lien est moins évident pour les types de cancers suivants:

Cerveau Vésicule Biliaire Larynx
Bouche/Pharynx Protate Thyroïde
Leucémie Peau (Mélanome) Myélome Multiple

Plus de 200 études démontrent que la vitamine D joue un rôle au niveau du cancer
Les théories mettant en évidence le lien entre la vitamine D et certains types de cancers ont été analysées et confirmées dans plus de 200 études épidémiologiques, et la compréhension physiologique de son action, provient de plus de 2500 études de laboratoire, selon l’épidémiologiste Cedric Garland PhD, professeur en médecine familiale et préventive à L’École de Médecine de San Diego de l’Université de Californie. Voici quelques points saillants parmi les découvertes les plus concluantes:

  • Selon l’étude du Dr Garland et de ses collègues, quelques 600 000 cas de cancer du sein et de cancer colorectal pourraient être prévenus chaque année si le niveau de vitamine D était augmenté au sein de la population mondiale. Et cela, constitue le nombre de cas pour seulement deux types de cancer.
  • Optimiser votre niveau de vitamine D pourrait vous aider à prévenir au moins 16 différents types de cancers incluant le cancer du pancréas, du poumon, de l’ovaire, de la prostate et de la peau.
  • Une étude à large échelle, randomisée et contrôlée par placebo, qui a été effectuée sur la vitamine D et le cancer démontre que la vitamine D peut globalement réduire de 60% le risque de cancer. Cette nouvelle a été sensationnelle pour la Société Canadienne du Cancer qui a actuellement commencé à admettre la vitamine D comme une thérapie préventive contre le cancer.
  • Selon une étude de l’American Journal of Epidemiology, les femmes dont la peau est pâle et qui s’exposent longuement au soleil et de façon fréquente ont la moitié moins de risque de développer un cancer du sein avancé (cancer qui se propage au-delà des seins), que les femmes qui s’exposent le moins longuement et le moins souvent.
  • Une étude effectuée par le Dr. William Grant, PhD, un scientifique reconnu internationalement et un expert au niveau de la vitamine D, a démontré que près de 30% des décès dus au cancer – ce qui équivaut à 2 millions de cas dans le monde dont 200 000 cas aux États-Unis – pourraient être évités chaque année avec de plus hauts niveau de vitamine D.

Au plan personnel, vous pouvez diminuer votre risque de cancer de plus de la moitié, simplement en optimisant votre niveau de vitamine D avec une exposition au soleil. Et si vous êtes traité pour le cancer, il est probable qu’un plus haut taux de vitamine D – probablement entre 175 et 250 nmol/L – vous serait bénéfique. L’effet protecteur de la vitamine D contre le cancer semble opérer de multiples façons, incluant:

  • Une augmentation de la destruction des cellules mutées (lesquelles peuvent mener à un cancer si elles commencent à se répliquer).

  • Une réduction de la propagation et de la reproduction des cellules cancéreuses.

  • Une meilleure différenciation cellulaire (les cellules cancéreuses restent typiquement indifférenciées).

  • Une réduction de la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins à partir de ceux pré-existants, ce qui constitue l’étape de transition entre l’état de tumeur dormante et l’état de tumeur cancéreuse.

Optimisez votre niveau de vitamine D maintenant
Plusieurs Américains n’ont même pas un niveau de vitamine D adéquat pour maintenir des os en santé, et encore moins pour prévenir les maladies comme le cancer. Il y a deux principales raisons qui expliquent cela, une étant que plusieurs personnes s’inquiètent que l’exposition au soleil puisse augmenter le risque de cancer de la peau. Toutefois, il est important de comprendre que le risque d’avoir un cancer de la peau causé par le soleil est seulement associé à une exposition excessive. Et lorsque effectuée adéquatement, l’exposition au soleil vous aidera à prévenir le cancer.

Pour optimiser votre niveau de vitamine D, vous avez besoin d’exposer de grandes parties de votre peau pendant une durée adéquate. Et, contrairement à la croyance populaire, la meilleure période pour être au soleil et stimuler la production de vitamine D est en fait le plus près possible de l’heure du midi. Durant cette période, vous avez besoin d’un temps plus court d’exposition au soleil pour produire de la vitamine D parce que les rayons UVB sont plus intenses à cette heure. De plus, lorsque le soleil baisse à l’horizon, les rayons UVB sont davantage filtrés que les dangereux rayons UVA.

Il faut seulement être prudent au niveau du temps d’exposition. Vous n’avez qu’à vous exposer suffisamment pour que votre peau devienne rose très pâle. Une fois que vous avez atteint ce point, votre corps ne fabriquera pas de vitamine D additionnelle à cause d’un mécanisme d’auto-régulation. Chaque exposition additionnelle ne causera que du tort et des dommages à votre peau.

La seconde principale raison pour laquelle tant de personnes ont une déficience en vitamine D est reliée au manque d’informations disponibles au sujet de la supplémentation.

Si vous utilisez un supplément de vitamine D, vous devriez savoir ceci…
Premièrement, il faut comprendre que la meilleure option pour optimiser le niveau de vitamine D reste l’exposition au soleil. Vous ne pouvez pas être en surdose lorsque vous prenez votre vitamine D de l’exposition au soleil, car votre corps a un système d’auto-régulation et il fabrique seulement la quantité dont il a besoin. Si cette option n’est pas disponible, un supplément peut être utilisé, mais gardez à l’esprit ce qui suit:

  • Selon les plus récentes découvertes effectuées par Carole Baggerly, fondatrice de GrassrootsHealth, sa recherche effectuée sur plus de 10 000 personnes, démontre que la dose idéale pour un adulte serait de 8,000 UI/jour pour une santé optimale.
  • Lorsque vous utilisez un supplément de vitamine D, vous devriez seulement utiliser la vitamine D3 (cholecalciférol). N’utilisez pas la vitamine D2 qui est une vitamine synthétique ayant un effet nettement inférieur, et que la plupart des médecins vont vous prescrire jusqu’à ce que vous demandiez spécifiquement de la vitamine D3.
  • Faites vérifier votre niveau sanguin de vitamine D. C’est la seule façon de déterminer la bonne dose pour vous, puisque plusieurs facteurs peuvent influencer ce niveau.
  • L’analyse que votre médecin doit demander est le dosage de la 25(OH)D, aussi appelée 25-hydroxyvitamine D, qui est le meilleur marqueur pour déterminer le niveau de vitamine D. C’est le marqueur qui est le plus étroitement associé à la santé en général.
  • Par ailleurs, il apparaît qu’une supplémentation en vitamine D sécuritaire est liée à la vitamine K et que la toxicité de la vitamine D (bien que rare pour la forme D3) est en fait aggravée par une déficience en vitamine K2. Donc, si vous prenez de la vitamine D en comprimés, vous devriez idéalement prendre aussi un supplément de 150 mcg de vitamine K2 ou consommer des aliments fermentés qui ont une forte teneur en cette vitamine.
  • Le niveau «normal» de 25-hydroxyvitamine D en laboratoire se situe entre 50 et 130 nmol/L. Mais ce niveau conventionnel est près de la déficience, et est trop large pour être idéal. En fait, votre niveau de vitamine D ne devrait pas être en dessous de 80 nmol/L, et un niveau en dessous de 50 nmol/L est considéré comme une déficience sérieuse qui augmente votre risque de cancer et de maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques et l’arthrite rhumatoïde, pour ne nommer que celles-ci.
  • Le niveau optimal que vous devriez avoir est expliqué dans la charte ci-dessous. Souvenez-vous que si vous allez sous le soleil presque chaque jour, qu’une grande partie de votre corps est exposée et que vous ne prenez pas de supplément de vitamine D, votre niveau devrait être autour de 250 nmol/L.

NIVEAUX DE VITAMINE D
25-HYDROXYVITAMINE D

Déficient Optimal Traitement du cancer et
des maladies cardiaques
Excès

125 nmol/L

125-175 nmol/L 175-250 nmol/L

250 nmol/L

(Diviser nmol/L par 2.5 pour convertir en ng/ml)

Ces valeurs s’appliquent à tout le monde, et spécialement pour les personnes âgées qui sont plus susceptibles de développer un cancer avec l’âge. Souvenez-vous, que même si vous avez un teint bronzé, qui est un indice d’un bon niveau de vitamine D, il est pratique de faire analyser votre niveau de vitamine D, car c’est le seul moyen de savoir si vous avez atteint un niveau de vitamine D thérapeutique.

Sachant que d’optimiser votre niveau de vitamine D est un des moyens les plus fondamentaux et les plus simples pour améliorer et maintenir une bonne santé, incluant la prévention du cancer, cette information pourrait littéralement vous sauver la vie.

 

 

Référence:
http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2012/01/28/research-from-100-countries-proves-vitamin-d-protects-against-cancer.aspx?e_cid=20120128_DNL_art_3

 
<< Retour

Ajouter un Commentaire

En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Santé des femmes a le droit de les diffuser intégralement ou en partie, d'y apporter les corrections orthographiques ou grammaticales qui pourraient aider à leur compréhension, ou, à sa discrétion, de les effacer s’ils ne respectent pas les règles de diffusion du site.


Code de sécurité
Rafraîchir