Accueil Santé cardiovasculaire La progestérone aide à récupérer plus rapidement de traumatismes crâniens et d'accidents vasculaire cérébraux

1-800-486-0535

Vos commentaires nous tiennent à coeur


«Merci pour votre site, j'y ai trouvé une mine d'information et de réconfort.»

Anne, Québec


La progestérone aide à récupérer plus rapidement de traumatismes crâniens et d'accidents vasculaire cérébraux PDF Imprimer Envoyer
Une étude clinique qui fait époque dans les annales médicales
Des études sur les humains menées à l’université Emory aux É.-U., étaient basées sur le fait que les femmes récupéraient plus rapidement que les hommes suite à des traumatismes crâniens. Les médecins à l’urgence de la clinique universitaire commencèrent alors à donner des injections de progestérone aux hommes et aux femmes victimes de traumatismes crâniens. Le suivi des progrès de ces patients démontrèrent très clairement qu’ils récupéraient beaucoup rapidement et complètement que les patients qui n’avaient pas reçu ces injections. Des recherches menées subséquemment par d’autres experts ont confirmé cette découverte.

Ces expériences ont incité les chercheurs à étudier comment la progestérone agit sur le cerveau au niveau cellulaire.

La recherche sur la progestérone et les accidents vasculaires cérébraux (AVC)
Deux études publiées au cours de 2009 (voir références) sur les animaux ont examiné l’effet de la progestérone administrée post AVC. Dans les deux cas, les rats traités avec la progestérone ont eu moins de séquelles au niveau cérébral et une meilleure récupération que ceux qui n’avaient pas reçu ce traitement. L’analyse cellulaire a montré que les rats traités à la progestérone avaient conservé un niveau plus élevé de facteurs anti-inflammatoires dans le cerveau, réduisant ainsi l’inflammation qui est la cause majeure de traumatisme cérébral. Tel que noté précédemment, des études confirment déjà l’effet de la progestérone sur les traumatismes cérébraux chez les humains, et on s’attend à ce que les études confirment également l’effet de la progestérone sur les traumatismes causés par les AVC.

La progestérone, la vitamine D et les AVC
Une autre étude par le même groupe de chercheurs a montré que les rats qui avaient une carence en vitamine D avaient des séquelles plus graves après un AVC, même en présence de progestérone. Toutefois, l’administration de vitamine D et de progestérone à ces animaux après un AVC a fait en sorte que leur récupération a été spectaculaire. (Note de Micheline: si votre animal de compagnie a eu un problème de la sorte, parlez-en à votre vétérinaire – il semblerait assez évident que la progestérone pourrait l’aider!)

Un point important: Ceci ne s’applique pas aux progestines
Virginia Hopkins, l’associée du Dr John Lee note que ces résultats ne s’app-liquent pas aux progestines telles que l’acétate de medroxyprogestérone (AMP). De fait une étude a démontré (réf. #4) que les progestines comme le Provera non seulement augmentent le risque d’AVC, mais ces hormones synthétiques qui n’ont pas toutes les propriétés de la vraie progestérone ne peuvent jouer le même rôle pour mitiger les dommages causés par les traumatismes vasculaires ou crâniens.

Un petit conseil…
Virginia Hopkins ajoute que si elle avait un proche qui a été victime d’un AVC, elle lui appliquerait de la progestérone pendant la période de convalescence.

Commentaire de Micheline…
Les découvertes scientifiques concernant la progestérone bio-identique continuent de s’accumuler. Les résultats des études menées sur le rôle de la progestérone pour réduire les décès causés par les traumatismes crâniens sont d’autant plus impressionnants qu’il s’agit d’études cliniques menées «en temps réel» dans des situations d’urgence dans plusieurs pays, dont la Chine. Cela devrait à tout le moins donner un signal au monde médical que la progestérone a un rôle qui va bien au-delà de ce qui a été traditionnellement reconnu par la médecine, c’est-à-dire de protéger l’utérus des femmes qui prennent de l’œstrogène à la ménopause!

On a découvert que non seulement la progestérone affecte le cerveau, mais que le cerveau et le système nerveux produisent cette hormone qui joue un rôle clé pour maintenir la gaine de myéline qui protège les nerfs. La matière première pour la progestérone produite dans le cerveau et le système nerveux est le cholestérol – c’est donc dire que le cholestérol joue un rôle crucial dans le corps et que de le traiter en ennemi de la santé est une approche qui est en réalité contre nature.

Source: Virginia Hopkins Health Watch,
http://www.virginiahopkinstestkits.com/progesterone_stroke.html

Références scientifiques  Cekic M, Cutler SM, Vanlandingham JW, Stein DG, “Vitamin D deficiency reduces the benefits of progesterone treatment after brain injury in aged rats,” Neurobiol Aging 2009 May 29.

Ishrat T, Sayeed I, Atif F, Stein DG, “Effects of progesterone administration on infarct volume and functional deficits following permanent focal cerebral ischemia in rats,” Brain Res. 2009 Feb 27;1257:94-101.

Wang J, Jiang C, Li X et al, “The protective mechanism of progesterone on blood-brain barrier in cerebral ischemia in rats,” Brain Res Bull. 2009 Aug 14;79(6):426-30.

Nilsen J, Brinton RD, “Divergent impact of progesterone and medroxyprogesterone acetate (Provera) on nuclear mitogen-activated protein kinase signaling,” Proc Natl Acad Sci USA 2003 Sep 2;100(18):10506-11

www.santedesfemmes.com
 
<< Retour

Ajouter un Commentaire

En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Santé des femmes a le droit de les diffuser intégralement ou en partie, d'y apporter les corrections orthographiques ou grammaticales qui pourraient aider à leur compréhension, ou, à sa discrétion, de les effacer s’ils ne respectent pas les règles de diffusion du site.


Code de sécurité
Rafraîchir