Accueil Santé cardiovasculaire Les glucides et la santé du cœur chez les femmes

1-800-486-0535

Vos commentaires nous tiennent à coeur


«Merci à l'équipe de Santé des femmes pour votre engagement. Continuez! Je suis certaine que vous aidez énormément de gens.»

Chantal


Les glucides et la santé du cœur chez les femmes PDF Imprimer Envoyer
Êtes-vous accro aux glucides? Si tel est le cas – et surtout si vous êtes une femme – vous pourriez nuire à la santé de votre cœur. En effet, une étude récente indique que les femmes qui ont une alimentation riche en glucides à index glycémique élevé augmentent considérablement leur risque de cardiopathie.

Cette étude italienne, qui vient d’être publiée dans le journal scientifique Archives of Internal Medicine, a suivi sur une période de huit ans un groupe de 48,000 adultes—dont 32,500 femmes pour déterminer quel type de régime alimentaire posait le plus de risque de causer des problèmes cardiaques.

Bien que les chercheurs aient pris en compte la quantité totale de glucides consommés par les participants, ils ont découvert que ce sont surtout les glucides à index glycémique élevé qui affectaient la santé du cœur. Il faut se souvenir que tous les glucides n’ont pas le même index glycémique, et que certains aliments, tels que la pomme de terre qu’on croirait être parmi les aliments à faible index glycémique, ont au contraire un index glycémique très élevé. L’index glycémique d’un aliment est en fonction de la rapidité avec laquelle il fait monter le glucose sanguin et non pas seulement de son contenu en sucre, bien que cela y soit pour quelque chose. Pour plus d’information sur l’index glycémique des aliments, voir le site www.montignac.com ou cliquer sur le lien suivant pour aller directement au tableau de l’index glycémique des aliments: http://www.montignac.com/fr/ig.php

La Dre Suzanne Steinbaum, M.D., Directrice du programme Women and Heart Disease au Heart and Vascular Institute de Lenox Hill Hospital à New York, qui est en charge de cette étude, explique: «Une des raisons pour laquelle cette étude est si intéressante est que nous ciblons les glucides à index glycémique élevé ou les sucres. Par le passé on nous a dit que tous les glucides étaient mauvais, mais ce n’est pas le cas. Il faut savoir distinguer entre les bons et mauvais glucides.»

Selon les constatations faites parles chercheurs, les participantes qui ont consommé une grande quantité de glucides de toutes sortes ont doublé leur risque de cardiopathie par rapport à celles qui en avaient consommé le moins. Par contre, lorsque les glucides ont été classifiés selon leur index glycémique, celles qui avaient consommé le plus de glucides à index glycémique élevé risquaient davantage de se retrouver avec le cœur en mauvais état.

Ce qui est intrigant est que l’apport en glucides ou l’index glycémique des glucides consommés n’ont pas semblé faire de différence chez les hommes. Ceci porte les chercheurs à émettre l’hypothèse que les hommes et les femmes métabolisent les glucides différemment.

Toutefois, autant chez les hommes que chez les femmes, une alimentation qui donne trop de place aux glucides va inévitablement hausser le niveau de glucose sanguin (et par conséquent le niveau d’insuline dans le sang), réduire le niveau de «bon» cholestérol (HDL) et augmenter le mauvais cholestérol (LDL) et les triglycérides, une autre matière grasse dans le sang. La recommandation émanant de cette étude pour les femmes qui veulent adopter un régime alimentaire pour réduire leur risque de cardiopathie est de favoriser les aliments à index glycémique faible, notamment les légumes (sauf les pommes de terre), les fruits et les céréales intégrales. À noter que les protéines animales (viande, œufs, fruits de mer) ne contiennent aucun glucide. Les produits laitiers en contiennent une quantité modérée.

«Par le passé», précise la Dre Steinbaum, «nous avons recommandé un régime à faible index glycémique pour la perte de poids. Mais à présent nous recommandons un plutôt un régime qui vise à réduire les maladies du cœur tout en aidant à contrôler le poids. Nous ne disons pas que tous les glucides sont mauvais, mais il est évident que les sucreries, les pâtisseries et tout ce qui contient de la farine blanche raffinée sont à éviter car il est maintenant prouvé que ces aliments augmentent le risque de cardiopathie chez les femmes.»

Source:
www.extraordinaryhealth.com

Lien vers l’article de base:
http://www.extraordinaryhealth.com/ExtraordinaryHealthNewsletterJune102010/tabid/1980/Default.aspx?ContentPubID=594

Commentaire de Micheline
Voici deux points que j’aimerais souligner dans le contexte de cette étude:

Concernant la constatation que les hommes et les femmes métabolisent les glucides différemment, le fait est que un niveau élevé de glucides dans le sang déclenche inévitablement une montée d’insuline, autant chez les hommes que chez les femmes bien entendu, mais cette hormone perturbe beaucoup le système hormonal féminin car elle stimule les ovaires à produire plus d’androgènes (hormones mâles). Cela empêche éventuellement le bon déroulement du processus ovulatoire, et les follicules en développement s’enkystent, aboutissant au syndrome des ovaires polykystiques. Tout le système hormonal féminin s’en trouve affecté, y compris comment le corps compose avec le glucose sanguin car avec la résistance à l’insuline qui s’installe, un véritable cercle vicieux s’enclenche menant la plupart du temps au syndrome métabolique chez les femmes. Les conséquences d’une alimentation à index glycémique élevé chez les femmes sont non seulement plus évidentes que chez les hommes mais beaucoup plus désastreuses car l’augmentation du niveau d’insuline dans le sang devient l’ennemi non seulement du système hormonal mais aussi du système cardiovasculaire féminin.
L’autre point est que les glucides à index glycémique élevé ont un impact sur les lipides sanguins. C’est un mythe que de croire que ce sont principalement les matières grasses dans notre alimentation qui font augmenter le cholestérol (même les jaunes d’œufs ne sont pas coupables de ce crime!). Ce sont les glucides qui devraient être au banc des accusés! Ceci a été abondamment démontré dans des études sérieuses, et d’ailleurs point n’est besoin de se fier à des études pour en venir à cette conclusion… c’est de la simple physiologie humaine. Bien entendu, il ne faut pas bouffer trop de matières grasses, mais c’est principalement pour épargner notre foie. Oui bien sûr le foie est notre manufacture de cholestérol, mais la matière première dont il se sert surtout… bon vous devinez… Un dernier point en passant: les matières grasses comme le beurre, les huiles, etc. contiennent zéro glucides!
Bonne santé au naturel!


www.santedesfemmes.com


 
<< Retour

Commentaires  

 
#1 Pascale Pacault, Fr. 04-05-2011 00:23
Je suis d'accord avec toi quand tu mets au banc des accusés les glucides et principalement les sucres d'index glycémique élévé. On a trop longtemps diabolisé «à tort» les graisses. Pour ma part je mets aussi au banc des accusés l'industrie alimentaire qui s'intéresse plus à ses profits qu'à notre santé.

Je suis pharmacienne depuis 30 ans, auteure de «Les bons sucres pour maigrir», qui déjà en 2004 tirait la sonnette d'alarme. Cet ouvrage, c'est l'impact des glucides sur la santé en terme d'obésité, diabète, maladies cardiovasculair es et cancers digestifs.

Les sucres d'index glycémique élevé sont effectivement les ennemis de nos artères.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Santé des femmes a le droit de les diffuser intégralement ou en partie, d'y apporter les corrections orthographiques ou grammaticales qui pourraient aider à leur compréhension, ou, à sa discrétion, de les effacer s’ils ne respectent pas les règles de diffusion du site.


Code de sécurité
Rafraîchir