Accueil Endométriose Guérir l’endométriose: des lueurs d’espoir

1-800-486-0535

Vos commentaires nous tiennent à coeur


«Je suis particulièrement satisfaite de vos conseils ainsi que de vos actions. Je fais transférer vos coordonnées à toutes mes correspondantes.»

C. Berthier, Granby


Guérir l’endométriose: des lueurs d’espoir PDF Imprimer Envoyer

Quelques informations…

L’endométriose est la croissance anormale de cellules de l’endomètre (cellules qui tapissent l’intérieur de l’utérus), ailleurs dans le corps. Lors des menstruations, les tissus formés par ces cellules saignent et le sang n’a pas d’endroit par où passer pour sortir du corps. Des amas de tissu peuvent croître et s’attacher à d’autres organes dans le petit bassin.

Symptômes:
Cette situation peut produire une foule de différents symptômes, incluant des douleurs invalidantes au niveau de l’utérus, du bas du dos ou des organes de la cavité pelvienne avant et/ou pendant les menstruations. L’endométriose peut aussi causer des douleurs intermittentes durant tout le cycle menstruel; des rapports sexuels douloureux, des saignements excessifs pendant les menstruations, incluant le passage de gros caillots et de morceaux de tissus; nausées, vomissements, constipation, difficulté à passer des selles; douleurs en urinant; et souvent infertilité. Puisque les menstruations deviennent particulièrement abondantes, une anémie ferriprive peut survenir.

Localisation:
Des implants endométriaux peuvent croître au niveau des ovaires, des trompes de Fallope, de la vessie, des intestins, du plancher pelvien, et/ou du péritoine (la membrane qui tapisse la cavité abdominale), des muscles utérins ou du cul-de-sac de Douglas. La présence d’implants à l’extérieur de la cavité pelvienne est plutôt rare, bien que possible. L’adénomyose est une condition similaire à l’endométriose mais à la différence qu’elle est confinée à l’utérus.

Le rôle des hormones:
Durant un cycle menstruel normal, un changement hormonal continuel stimule l’endomètre à croître dans le but de préparer une grossesse éventuelle. Pendant la première partie du cycle, un follicule ovarien devient mature et un ovule est relâché. Les Trompes de Fallope attrapent l’ovule le transportent vers l’utérus dont l’endomètre est devenu spongieux et bien irrigué par des vaisseaux sanguins. Si l’ovule n’est pas relâché ou fécondé à l’intérieur de 24h, l’endomètre mourra, se dégradera et sera évacué durant les prochaines menstruations.

Bien qu’ils ne se situent pas à l’intérieur de l’utérus, les implants d’endométriose répondent aussi aux changements hormonaux qui contrôlent les menstruations. Comme à l’intérieur de l’utérus, ces fragments qui se sont formés à l’extérieur de l’utérus chaque mois vont se briser, se dégrader et saigner. Contrairement au sang du tissu intra-utérin, le sang des implants n’a pas d’endroit par où sortir. À la place, il doit être résorbé par les tissus environnants, ce qui constitue un processus très lent comparativement aux menstruations. Pendant ce temps, le sang peut s’accumuler dans la cavité pelvienne et la séquence entière allant du saignement jusqu’à la résorption peut être douloureuse.

Puisque le cycle menstruel revient à chaque mois, les implants peuvent devenir de plus en plus gros, peuvent se disséminer et former du tissu cicatriciel et des adhérences (tissu cicatriciel qui s’attache aux organes et qui peut les lier entre eux). Les adhérences contribuent aux douleurs de l’endométriose et peuvent causer des douleurs excessives pendant une grossesse subséquente puisque l’utérus s’élargit et que les organes de l’abdomen sont repoussés dans différentes positions. Parfois, une collection de sang appelé sac ou kyste peut se former. Les kystes endométriaux (ou kystes chocolat) sont couramment observés sur les ovaires. Ils sont habituellement formés de sang oxydé, ce qui les fait ressembler à du sirop de chocolat. Si un kyste se rompt, cela peut causer des douleurs atroces.

Puisque l’endométriose dépend du cycle hormonal et que la grossesse interrompt temporairement le cycle menstruel, plusieurs femmes voient leurs symptômes s’améliorer durant la grossesse. Dans certains cas, l’amélioration est permanente, vraisemblablement parce que les cycles de croissance, de saignements et de cicatrisation ont été brisés, permettant finalement aux implants de guérir. Dans d’autres cas cependant, le soulagement est seulement temporaire et une fois que les cycles hormonaux reprennent, les symptômes réapparaissent.

L'origine de l'endométriose:
Personne ne connait la cause exacte de l’endométriose mais plusieurs théories ont été proposées. La théorie du reflux menstruel a été développée par John Sampson, M.D. en 1920. Selon sa théorie, il y aurait un reflux de sang menstruel via les trompes de Fallope allant vers la cavité péritonéale, où les cellules endométriales s’implanteraient et croîtraient. Même si cette théorie offre une hypothèse à la cause de l’endométriose, elle n’a jamais été prouvée. Une autre théorie populaire établit que l’endométriose apparaîtrait lorsque des cellules endométriales se dissémineraient dans d’autres parties du corps en passant par les vaisseaux sanguins et lymphatiques. Une autre théorie encore, stipule que l’endométriose serait en fait une maladie congénitale qui serait causée par une défaillance au niveau du développement fœtal: normalement, les cellules qui sont destinées à faire partie des organes reproducteurs de la femme se différencient et migrent vers les endroits appropriés. Mais si le mécanisme qui contrôle ce processus ne fonctionne pas correctement, quelques cellules endométriales peuvent avoir été «laissées derrière» à des endroits où elles ne devraient pas être. À partir de la puberté, ces cellules croissent en réponse à la stimulation hormonale.

Malgré les divergences de vue concernant l’origine de l’endométriose, on en connaît plus aujourd’hui au sujet de cette condition que jamais auparavant. Par exemple, la recherche a montré que l’exposition aux biphényles polychlorés (BPC) et aux dioxines peut causer l’endométriose de façon spontanée. Ces substances imitent les estrogènes et proviennent de déchets de l’industrie pétro-chimique. Cela pourrait expliquer l’incidence accrue de l’endométriose depuis les dernières décennies.

Quelques statistiques:
La plupart des femmes qui souffrent de l’endométriose n’ont jamais été enceintes, et de 30 à 40% des femmes qui rapportent des problèmes d’infertilité de fait souffrent d’endométriose. Selon l’Endometriosis Association, les femmes qui développent cette condition ont plus souvent une histoire d’infections vaginales à levures, de fièvre des foins, d’eczéma et d’intolérances alimentaires, que la plupart des autres femmes. De plus, il semble y avoir des facteurs de prédisposition à l’endométriose dans les familles. Selon le Journal of the American Medical Association, de 5 à 7 millions de femmes américaines, pour la plupart jeunes, souffrent d’endométriose. Malheureusement, plusieurs femmes ont de la difficulté à trouver de l’aide auprès des médecins car ces derniers prennent les symptômes de l’endométriose pour un inconfort habituel accompagnant les menstruations.

Diagnostic:
La laparoscopie est la procédure la plus couramment utilisée pour diagnostiquer l’endométriose. Avec cette méthode, le chirurgien va explorer l’intérieur de la cavité abdominale pour déterminer la présence ou non d’endométriose.

Les traitements conventionnels…

  • Si vous suspectez que vous pourriez avoir de l’endométriose, vous devriez voir un gynécologue le plus rapidement possible car plus vous êtes prise en charge tôt, plus la maladie est facile à contrôler.
  • Le traitement médical conventionnel recommandé pour l’endométriose dépend de l’avancement de la maladie. Les médecins prescrivent le médicament Danazol (Danocrine), qui stoppe le cycle hormonal normal, dans le but de contrôler l’écoulement sanguin et la douleur, et dans l’espoir d’éviter la dissémination de tissus endométriaux. De plus, il permet aux implants de diminuer de taille et de guérir. Certains médecins prescrivent la pilule contraceptive pour la même raison. Il a été démontré que le Danazol améliore les symptômes chez 89% des patientes et réduit la taille et le nombre des implants. Une augmentation du poids et une voix plus grave sont des effets secondaires possibles, mais sont habituellement réversibles lorsque la médication est arrêtée. Cependant, les symptômes peuvent réapparaître après l’arrêt de la médication.
  • Le Raloxifène (Evista), un médicament approuvé initialement pour prévenir la perte osseuse chez les femmes, peut bloquer la manufacture d’estrogènes au niveau de l’endomètre, prévenant ainsi la croissance d’implants endométriaux.
  • La version synthétique d’une hormone de la reproduction, la GnRH (Gonadotrophin-Releasing Hormone), comme le Leuprolide (Lupron), la Nafareline (Synarel), et la Gosereline (Zoladex), peuvent être utilisés. Un traitement de 6 mois peut aider à diminuer les symptômes de l’endométriose pour un an ou plus. Ils fonctionnent en stoppant la production d’estrogènes. Les effets secondaires de la GnRH sont les mêmes que les symptômes de la ménopause.
  • Si vous prenez une médication pour l’endométriose, rapportez immédiatement à votre médecin tout nouveau symptôme ou aggravation des symptômes, spécialement les problèmes comme une difficulté à respirer ou une douleur dans la poitrine ou dans les jambes. Ces symptômes peuvent indiquer la présence de caillots sanguins. Aussi, des bilans de santé réguliers devraient être effectués pour vérifier la présence d’effets secondaires comme entre autres l’amincissement des os. Soyez consciente cependant qu’il est possible que les symptômes de l’endométriose s’accentuent temporairement au début de la prise de ce genre de médication.
  • Si l’endométriose est sévère et incapacitante, que la médication ne fonctionne pas et que vous ne souhaitez pas avoir d’autres enfants, l’hystérectomie peut être envisagée. Cependant, l’hystérectomie ne soulage pas toujours tous les symptômes, spécialement s’il y a des implants endométriaux dans la cavité pelvienne.
  • Une autre option est l’excision des implants (causant moins de traumatismes que l’hystérectomie et utilisée pour traiter les cas légers), qui peut être effectuée par laparoscopie avec chirurgie au laser pour identifier et vaporiser les adhésions, les kystes et les implants endométriaux. La procédure doit encore être perfectionnée car présentement, plusieurs laparoscopies peuvent être nécessaires. Les avancées dans cette technique sont effectuées à un rythme assez rapide ce qui fait que les laparoscopies répétées pourraient devenir chose du passé.

Un traitement alternatif: la progestérone bio-identique

La grossesse peut guérir l’endométriose de trois façons différentes:

  1. La progestérone produite en grande quantité pendant la grossesse, envoie un signal aux cellules de l’endomètre pour qu’elles arrêtent de proliférer et de se différencier.
  2. La progestérone envoie aussi un signal aux ovaires pour qu’ils n’ovulent pas et ainsi, la production d’estradiol (facteur de croissance des cellules endométriales) est diminuée.
  3. L’estriol produit pendant la grossesse se fixe aux récepteurs d’estrogènes et empêchent donc l’estradiol et les xénoestrogènes de stimuler la croissance des tissus endométriaux.

Utiliser de la progestérone bio-identique sous forme de crème transdermique peut faire croire au corps qu’une grossesse est en cours, ce qui stoppe la croissance de l’endométriose. La progestérone bio-identique est une hormone identique à celle que le corps produit pendant la seconde partie du cycle menstruel (après l’ovulation) et pendant toute la durée de la grossesse. Elle signale indirectement aux ovaires de cesser la production d’ovules matures et d’estradiol, ce qui fera cesser la prolifération des cellules de l’endomètre, mais aussi celles des implants endométriaux.

 

Un mot du Dr John Lee sur la progestérone bio-identique…

«J’ai traité un nombre important de patientes atteintes d’endométriose - plusieurs après des chirurgies qui n’ont donné aucun résultat - avec la progestérone naturelle et j’ai observé un succès considérable. Depuis que l’on sait que les estrogènes initient la prolifération des cellules de l’endomètre, la clé du traitement se situe dans le blocage du stimuli estrogénique mensuel sur les implants endométriaux. La progestérone empêche la prolifération du tissu endométrial. J’ai conseillé aux femmes d’utiliser la progestérone du jour six (6) au jour vingt-six (26) du cycle, et ce chaque mois, à raison de 65 mg de crème à la progestérone par jour. Avec le temps (quatre à six mois), les douleurs vont graduellement s’estomper à mesure que le saignement des implants d’endométriose diminuera, ce qui laissera place à la guérison des sites inflammatoires. L’inconfort mensuel peut ne pas disparaître complètement mais deviendra beaucoup plus tolérable. L’endométriose peut être guérie complètement à la ménopause. La crème à la progestérone vaut certainement la peine d’être essayée, surtout que les autres alternatives ne sont pas toutes couronnées de succès et peuvent mener à des effets secondaires et à des conséquences indésirables.»
Dr John Lee M.D.

 

Ce que vous pouvez faire pour aider votre corps à guérir…

Nutriments

Plantes médicinales

  • La luzerne et l’orge verte sont de bonnes sources de vitamine K (nécessaire à une bonne coagulation sanguine et à la guérison) et de minéraux, incluant le fer qui peut être utile aux femmes qui ont une déficience en fer.1
  • L’astragale, l’ail, l’hydraste, la myrrhe, le pau d’arco, et le trèfle rouge ont des propriétés antibiotiques et antitumorales.
  • La bardane, le dong quai et la feuille de framboisier aident à la régulation hormonale.
  • L’ortie est riche en fer.

Suggestions

  • Préférer une alimentation composée à 50% de fruits et de légumes crus et consommer les produits à base de soya seulement s’ils sont fermentés. Consommer seulement des produits à base de grains entiers (pas de farines raffinées) et des graines et des noix naturelles et préférablement trempées.2 Une diète riche en fibres est très importante dans la gestion de l’endométriose.
  • Inclure des jus verts faits de légumes à feuilles vertes foncées dans votre alimentation.1
  • Éviter le plus possible l’alcool, la caféine, les gras animaux, le beurre, les produits laitiers, la friture, les aliments contenant des additifs, tous les gras solides, la malbouffe, la viande rouge, la volaille (sauf celle biologique et sans peau), les aliments préparés en usine, le sel et le sucre.
  • Un jeûne de 3 jours chaque mois avant la période des menstruations peut aider considérablement à réduire le SPM. Utiliser de l’eau distillée et des jus frais, surtout des jus de légumes verts et de betteraves.1
  • Utiliser un coussin chauffant, une bouillotte ou prendre un bain chaud pour aider à diminuer les douleurs. La chaleur détend les muscles, ce qui rend les crampes et la douleur moins intenses.
  • Selon un rapport du Journal of the American Medical Association, des exercices physiques intenses diminuent le niveau d’estrogène dans le corps, ce qui peut aider à supprimer les symptômes de l’endométriose. Plus une femme fait de l’activité physique et plus elle commence tôt, moins elle a de risques de développer cette maladie, selon une étude sur l’endométriose dirigée par Daniel W. Cramer du Brigham and Women’s Hospital et de la Harvard Medical School. Cette étude prouve que les femmes qui font de l’exercice plus de 7 heures par semaine ont 5 fois moins de risques de développer de l’endométriose.
  • Puisqu’il a été observé que des désordres hormonaux et des problèmes d’adaptation peuvent accompagner l’endométriose, il est possible que les femmes qui en sont atteintes aient besoin d’un support psychologique qui va les aider à mieux gérer la situation.


Julie Turcotte, B. Sc.
Facebook: Les trucs de Julamuse

  1. Voir le site www.aimpourlasante.com, en particulier les produits AIM BarleyLife , le AIM Leaf Greens et le AIM ReadyBeets (jus de betteraves)
  2. Voir http://toutcru.blogspot.com/2008/07/limportance-du-trempage-et-de-la.html

 

Pour plus d’informations…

Associations

Liens intéressants et positifs

Références

  • Prescription for Nutritional Healing, par Phyllis A. Bach, Endometriosis, pp. 390-394
  • A true Help for Endometriosis, par Elisabeth Smith, M.D., Endometriosis: Scientific Frontiers in Clinical Medicine sur http://www.endo101.com/
 
<< Retour

Commentaires  

 
#1 atig elhem 26-01-2014 10:39
slt malheureusement je souffre de la maldie d'entroemétrioe à l'age de 28 ans j'ai un kyste de masse 6.5cm d'ovaire droite ..j'espère que je trouve une solution pour cette maladie inattendue je vous remercie pour les conseils de nutrtion
Citer
 
 
#2 karine ouellette 02-06-2014 14:56
jai 20 ans jen souffre depuis lage de 13 ou 14 ans aujourd'hui j'ai des douleurs qui commence une semaine avant mes menstruation et j'ai une pose que 2 ou 4 jour ensuite j'ai des kyste qui me torture les ovaire durant l'ovulation . vie de couple assez difficile avec cette maladie j'ai du arrêter mes étude et le travaille tant ces insupportable ma douleur se situe de manière très intense surtout au jambes depuis 4ans. mes gyneco me donne nimporte quoi et n'écoute pas se que j'ai a dire ,j'ai découvert que jetait anémique maintenant j'ai changer mon alimentation je mange pratiquement que des fruits bref que de bonne choses car jai terriblement peur surtout que j'ai trouver des bosses dans mes seins (sans doute des kystes) O_O ma mère a eu un cancer des ovaire très jeune ,je ne veut pas passer par la . j'ai 20ans et je veut juste profiter de ma jeunesse comme toute femme . et ne pas attendre le pire. merci beaucoup pour vos conseils pas assez de médecin nous en parle ..


Réponse de Julie Turcotte, Équipe de santedesfemmes.com

Bonjour Karine,

Nous avons eu plusieurs cas de femmes atteintes d'endométriose qui nous ont consulté et qui ont réussi à devenir sans symptômes (pour ne pas dire guéries) en utilisant certains suppléments alimentaires, en effectuant quelques changements au niveau de leurs habitudes de vie, en gérant mieux leur stress, et en utilisant une crème à la progestérone bio-identique.

Le plus important pour entamer un processus de guérison est de décider d'emprunter cette voie, de croire que c'est possible, et de faire confiance aux capacités naturelles de guérison de votre corps.

Il n'y a pas de recette miracle comme telle pour se guérir puisque les causes de l'endométriose sont multiples et que chaque femme est différente. Par contre, si vous êtes bien informée, que vous êtes confiante, et que vous faites des choix éclairés, vous serez beaucoup moins dans la peur, ce qui favorisera le processus de guérison.

Si vous le désirez, vous pouvez faire appel à l'une de nos personnes-ressources pour être accompagnée positivement dans votre processus. Cela vous permettra d'aller chercher de nouvelles informations, de vous sentir mieux outillée et plus puissante dans votre cheminement.

Nous vous souhaitons bon succès sur votre chemin vers la santé au naturel!

Julie
Citer
 
 
#3 Atasi 10-06-2014 08:11
Bonjour,
Je trouve votre article intéressant, mais une fois de plus, je n'aime pas ce mot "guérir"que l'on emploi trop souvent pour cette maladie. Certaines femmes atteintes n'ont plus de vie sociale et perde leur emploi, les traitements nous génèrent d'autres symptômes et maladies et nous fragilisent encore plus ! Je teste moi même beaucoup de choses naturelles, j'ai d'ailleurs arrêté tout traitements et je prend des compléments alimentaires au quotidien. Je m'impose une nouvelle hygiène de vie, car j'ai développé de nombreuses intolérances alimentaires et lorsque je fais des écarts, je vois tout suite les méfaits. Donc je suis d'accord avec ce principe, mais il ne faut en aucun cas utiliser le mot "guérir"!!! Aslesha (Endo-girls)
Citer
 
 
#4 Julie Turcotte SDF 11-06-2014 17:32
Bonjour Aslesha,

Voici ce que dit le dictionnaire Larousse au sujet du mot guérir:

«Guérir v.t.: délivrer quelqu'un d'un mal physique, lui rendre la santé.»

Et nous parlons ici de «se guérir».

Vous avez tout-à-fait le droit de ne pas aimer ce mot «guérir». Et peut-être, devriez-vous profiter de l'occasion pour aller voir en-dedans de vous, ce qu'il vous fait vivre... Auriez-vous peur d'être déçue en ayant de faux-espoirs? Faites-vous tout ce qui est en votre possible pour guérir, et cela ne fonctionne pas? Vous sentez-vous coupable de cela?

Je sais pour avoir vécu moi-même une endométriose de stade IV à quel point notre vie peut devenir compliquée et triste.

Vous savez, si j'ose personnellement utiliser le mot «guérir» c'est parce que c'est exactement ce que j'ai vécu et nombre de nos clientes également.

Mais sachez que la «guérison» ne s'effectue pas seulement au niveau physique et ne relève pas seulement de la médecine...

La vraie guérison, c'est la transformation de la peur d'être soi-même, par l'amour de soi et bien sûr, toutes les choses que nous pouvons faire au niveau physique PAR AMOUR POUR SOI et non «par peur d'être malade», aideront grandement notre corps à retrouver ses capacités naturelles d'auto-guérison. Mais il ne faut pas négliger non plus le côté émotionnel (émotions de peur, colère, peine), le côté mental (pensées, croyances non-bénéfiques), et le côté spirituel (l'évolution de la conscience vers l'amour).

Julie Turcotte
Consultante en relation d'aide, spécialisée en santé holistique
www.santedesfemmes.com
Citer
 
 
#5 Suzanne Balmier 18-07-2014 07:30
Bonjour,
Depuis peu j'ai recours à des compléments alimentaires et je souffre moins au moment des règles. Votre article est intéressant et il m'offre de nouvelles pistes à explorer. J'espère que d'autres femmes se tourneront vers ce type de prises en charge pour les aider.
Citer
 
 
#6 Bonfand 19-11-2014 01:51
Bonjour, votre article est intéressant.
Je souffre d'endométriose depuis l'âge de 17ans. Aujourd'hui j'ai 28ans.J'ai été opéré il y a 10 ans puis depuis je suis mise sous traitement (pilule contraceptive) pour éviter d'avoir mes règles.
Mais 'ai changé plus de 12 fois de pilule car jusqu'à maintenant aucune ne me convient! J'ai toujours eu des effets secondaires a chaque pilule.
Je suis perdue car la j'ai arretter volontairement la dernière qui ma été prescrire ( boutons , chx gras, malaise )
Du coup la gyné m'en a prescrit encore une autre (de 3ème génération) mais j'hésite a la prendre , je suis blasé . Et je ne comprend pas pourquoi aucun gyné ne ma parler de cette crème que vous citer. Je ne sais plus quoi faire pour bloquer ses règles.
Vu qu'apparament c'est cela qui "amène " l'endomètriose .
Merci de m'avoir lu :-)
Cordialement
Citer
 

Ajouter un Commentaire

En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Santé des femmes a le droit de les diffuser intégralement ou en partie, d'y apporter les corrections orthographiques ou grammaticales qui pourraient aider à leur compréhension, ou, à sa discrétion, de les effacer s’ils ne respectent pas les règles de diffusion du site.


Code de sécurité
Rafraîchir